Do In booster : démarrer la journée en pleine forme (et sans café) !

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue sur la chaîne Youtube du blog www.bienetreparleshiatsuetledoin.com.

Aujourd’hui comme promis, je vous ai préparé une petite vidéo tuto sur le Do In avec une séquence qui va vous donner la pêche !

J’ai appelé cette séquence Do In booster puisqu’elle est à pratiquer de préférence le matin, au réveil et à jeun, afin de laisser libre cours à une bonne circulation sanguine, lymphatique et énergétique. 

Bien s’installer pour la pratique

Avant de commencer la pratique du Do In booster, il est important de vérifier que vous êtes bien installé afin de ne pas créer de lésions au niveau des hanches et/ou des genoux, qui sont des zones particulièrement sensibles. Pour la pratique, si vous tenez la posture en seiza, c’est dans celle-ci que vous aurez le plus de liberté de mouvement. Si vous avez mal aux genoux ou aux chevilles, vous pouvez placer un zafu entre vos fesses et vos chevilles, ou bien le placer entre vos jambes et vous assoir dessus. Vous genoux sont ainsi soulagés.

Vous pouvez également pratiquer en vous mettant en tailleur. Dans ce cas, il est important d’avoir les fesses relevées, calées avec un zafu, afin que vous genoux touchent le sol. Si vos genoux sont en l’air, vous allez créer des lésions aux niveaux du bassin ou des genoux et ce n’est pas bon. Vous remarquerez par ailleurs que dans la méditation, nous avons toujours un petit tabouret entre nos fesses et le sol. Vous pouvez enfin pratiquer assis sur une chaise si vous ne tenez ni la posture en seiza ou en tailleur.

Les origines japonaises du Do In

Une fois bien installé, vous allez pouvoir entrer dans la pratique du Do In. Pour rappel, le Do In (qui signifie « la voie de l’énergie ») est une discipline d’auto-massage japonaise. On parle aussi d’auto-shiatsu, puisqu’il s’agit d’exercer des pressions soi-même sur son propre corps. Les principe du Do In sont les mêmes que ceux du shiatsu puisque l’objectif est le rééquilibrage de la personne sur ses sphères physiques, psychiques et émotionnelles.

Quand on travaille en Do In, l’important est d’être vraiment dans sa corporalité, de pratiquer en conscience. Le Do In est une approche holistique de la personne. Pour que cela fonctionne bien, il y a quelques principes à respecter.

Les principes d’une pratique efficace

Le premier principe, c’est d’avoir une bonne posture, de façon à favoriser une bonne respiration et une bonne circulation générale. Le deuxième principe est corrélé au premier : si l’on a une bonne posture, on obtient une meilleure respiration. Si l’on a une bonne respiration, on va pouvoir effectuer des pressions en profondeur et non musculaires. Il est en effet important lorsqu’on pratique le Do In, de travailler en ayant le corps le plus détendu possible.

Do In booster : la séquence

Nous allons commencer par prendre une profonde inspiration par le nez, écarter nos bras derrière la tête, puis les ramener paume contre paume au dessus de notre tête, et les frotter. Puis on descend dans l’axe, jusqu’au hara. Puis nous allons lisser notre visage en partant du nez, en étoile, vers l’exterieur : front, yeux, joues, oreilles, le bas du visage, et le cou.

Eclaircir les pensées

Ensuite, nous plaçons nos doigts en dessous de la lèvre inférieure, et nous allons laisser tomber notre tête simplement sur nos doigts, sur l’expiration, sous l’effet de la gravité. Nous faisons de même au-dessus de la lèvre supérieure. Puis nous plaçons nos deux pouces à la base du nez et nous exerçons trois pressions d’intensité progressive. Puis nous plaçons nos doigts de la même façon que pour la bouche, cette fois-ci au niveau de l’orbite oculaire inférieure. Nous laissons tomber la tête sur nos doigts sous l’effet de la gravité. Puis nous faisons de même sur l’orbite oculaire supérieure.

Nous mettons ensuite notre pouce et notre index en forme de pince, et nous venons ourler les sourcils, de l’intérieur vers l’extérieur. Nous plaçons ensuite nos pouces sur les tempes, et nous exerçons des pressions rotatives progressives sur ces dernières. Nous saisissons ensuite nos oreilles, et l’étirons vers le haut. Puis nous l’ourlons tout en l’étirant, et ce, jusqu’au lobe, que nous étirons également vers l’extérieur.

Nous plaçons ensuite nos pouces à l’intérieur de nos mains et nous venons tapoter sur la boîte crânienne, bouche ouverte, de façon concomitante, jusqu’à la nuque. Nous allons faire la même chose en relâchant les doigts, les poignets, les coudes toujours, mais cette fois-ci de façon alternée, avec la pulpe des doigts, de façon très très souple. Puis nous plaçons nos doigts en forme de trombone à la base du cou, et nous la massons en exerçant des pressions toniques et régulières. Puis nous attrapons la base de notre cou, comme la maman chat avec son petit, et nous la secouons énergiquement.

Faire circuler l’énergie dans les bras et les mains

Ensuite, nous plaçons notre main droite en forme de bec de canard sur notre trapèze gauche et nous pressons. Les deux épaules doivent être bien relâchées. Puis nous maintenons la main calée sur le trapèze et effectuons des rotations de l’épaule d’avant en arrière.

Nous retournons notre bras gauche paume vers le ciel, et nous posons notre bras sur notre cuisse. Puis nous plaçons notre pouce et notre index en forme de pince, et venons accrocher le bras, à la base du deltoïde, là où il forme comme une goutte d’eau, et exerçons des pressions progressives et toniques. Nous plaçons ensuite nos doigts sous le coude, et le pouce contre l’épitrochlée, sur laquelle on vient exercer une pression. Le bras travaillé doit rester souple et détendu. Puis nous faisons le même exercice de pression sur l’avant bras, sur la partie médiane. La pression est exercée au niveau des tendons fléchisseurs, du coude vers le poignet. Puis nous pressons le point central de la paume, et le majeur jusqu’au bout.

Je retourne ensuite mon bras paume sur la cuisse, et je viens lisser en l’avant-bras en séparant ses deux os, radius et cubitus. J’exerce ensuite des petites rotations de toutes les articulations métacarpo-phalangiennes, du pouce jusqu’à l’auriculaire. Puis je place ma main paume face à moi, et je viens étirer chaque doigt vers moi, sans les plier, excepté le pouce. C’est une articulation fragile à préserver. Je place ensuite ma main droite en forme de V de la victoire, et je viens étirer chaque doigt un an un sous l’effet de la gravité. Je place ensuite mon index et mon majeur en crochet, et je lisse énergiquement chacun de mes doigts.

Je fais la même manoeuvre sur le bras gauche.

Booster la digestion

Je vais à présent effectuer des rotations horaires autour de mon nombril, en plaçant mes mains l’une au dessus de l’autre. Les pressions sont progressives, toujours. Puis je place mes mains en forme de cuillère et j’effectue des pressions descendantes en forme de zigzag, comme le Z de Zorro. Je viens ensuite placer mes doigts droits, sous les côtes, sur l’expiration, en me penchant.

Une fois dans cette position, j’en profite pour replacer mes pouces dans mes mains, et je viens tapoter en alternance le haut de mon sacrum, jusqu’au crêtes iliaques, puis je remonte de part et d’autre de la colonne sur les muscles paravertébraux. Je place ensuite mes mains l’une sur l’autre devant moi, comme si j’allais creuser avec une pelle. Et j’exerce une pression progressive et profond à trois doigts en dessous de mon nombril, sur l’expiration. Puis je place mes pouces de part et d’autre du nombril et de nouveau, avec les épaules, les coudes, et les poignets bien relâchés, j’exerce une pression profonde et progressive.

Activer la circulation dans les jambes

Puis nous allons prendre nos pouces dans nos mains, et venir tapoter de façon progressive et énergique le côté extérieur de la cuisse, puis le dessus, l’intérieur, et enfin l’arrière. Jambe allongée, nous allons ensuite exercer des petites castagnettes au niveau du creux poplité. Puis des petits trombones au dessus et en dessous de la rotule.

Puis nous réalisons un lissage du tibia sur l’inspiration, et nous remontons par le mollet à l’expiration. Puis je saisis mon genou et fais des rotations de gauche à droite avec ma cheville. Puis je réalise de beaux bracelets autour de ma cheville, au dessus et en dessous de la malléole. Je saisis ensuite ma plante de pied et j’effectue un lissage en forme d’éventail du dessus du pied. Je saisis ensuite ma plante de pied et réalise de nouveau des castagnettes vers l’extérieur. Je pianote ensuite avec mes orteils, avant, arrière, côté. Je rapproche ensuite mes pouces et exerce une pression progressive et tonique sur le ligne médiane de la voute plantaire, du talon vers les orteils. Et pour finir, je m’octroie une belle claque amicale sur la voute plantaire.

Je fais la maintenant la même chose à droite.

Pour soulager vos genoux et vérifier qu’ils sont bien alignés, je termine la séance par un petit crochetage des orteils le plus loin possible sur le tapis.

Et voilà ! la séquence Do In booster est terminée. Il me reste à présent à vous souhaiter une excellente journée. J’espère que cette vidéo vous a plu. Si c’est le cas, pensez à activer le pouce sur Youtube, Facebook, et à la partager sans modération !

A très bientôt pour une prochaine vidéo sur la chaîne Youtube du blog www.bienetreparleshiatsuetledoin.com !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires sur “Do In booster : démarrer la journée en pleine forme (et sans café) !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.