Les 4 apports du Do In pour les enfants et les adolescents

Le Do In est une discipline qui se pratique à tous les âges de la vie 🙂 Aujourd’hui, nous allons en observer les bienfaits chez les enfants et les adolescents, dans le cadre de sessions réalisées au sein d’une structure périscolaire.

Les groupes comprennent des enfants entre 8 et 12 ans, et les sessions durent 1h30. A ces âges, les jeunes sont encore de belles boules d’énergie 🙂 Il convient donc de laisser s’exprimer cette énergie, tout en la canalisant. C’est précisément ce à quoi nous nous attelons, et les résultats sont très probants 😉 La dynamique de groupe permet à chacun d’être tiré vers le haut, tout en respectant les limites de son propre corps.

Pour faciliter l’accès à la discipline et à sa philosophie, les métaphores et le jeu sont nos outils de prédilection 🙂

1) Améliorer sa posture en prenant conscience de son corps

Une brève introduction sur les origines du Shiatsu et du Do In est faite aux enfants, tout en effectuant un premier échauffement articulaire de base, de la tête au pieds.

Puis nous passons à l’échauffement Do In. Nous commençons par l’intérieur des bras (Méridiens* Yin) avec des tapotis, en partant du point 1 Poumon dans le bord externe de la clavicule jusqu’au bout des doigts, puis nous remontons l’extérieur du bras (Méridiens Yang). Des 2 côtés. Nous arrivons ensuite aux trapèzes, puis nous remontons sur la tête, où nous jouons de nos doigts légers et souples sur notre crâne. Nous redescendons en douceur sur le visage, puis la gorge, puis le sternum. Arrivés au ventre, nous y exerçons un petit massage dans le sens des aiguilles d’une montre. Nous serrons ensuite les poings et venons tapoter vigoureusement sur nos lombaires, puis le long extérieur des cuisses (Méridiens Yang*), pour remonter par l’intérieur des jambes (Méridiens Yin*) jusqu’au nombril, où nous posons délicatement nos mains en triangle.

Pause. Profonde inspiration. Toute notre puissance est maintenant mobilisée autour de notre nombril, le Hara, le centre énergétique du corps humain selon la philosophie orientale. Nous allons maintenant appeler le Cri du Guerrier. Le Cri du Guerrier est une figure que j’ai créée, mêlant des bases d’échauffement d’Aïkido, de Qi Cong, ou encore de Yoga 😉

Le buste droit, nous descendons dans un mouvement fluide en Kiba-dashi (posture de garde dans les art martiaux japonais) en appui sur nos quadriceps. Puis en inspirant, nous allons puiser de nos 2 mains croisées l’énergie de la Terre*, pour la remonter le long de notre axe central (Vaisseau Conception*) et nourrir notre corps au plus profond. Puis nous continuons au delà de notre tête, jusqu’à l’étirement au dessus du crâne, en redonnant nos paumes au ciel, les épaules souples.

Puis dans l’expiration, nous diffusons dans l’extension de nos bras cette belle énergie autour de nous, comme une couronne solaire, en étirant le majeur (Méridien Maître Coeur*) et en abaissant progressivement les bras jusqu’à les rassembler une nouvelle fois autour du nombril, en triangle. Là, nous concentrons toute notre énergie, notre force, et, mains croisées paumes vers le sol, nous nous relâchons vigoureusement sur nos quadriceps dans le cri du guerrier (Kiai), et redonnons à la Terre* tout ce dont nous ne voulons pas.

2) Améliorer sa concentration par la respiration

La respiration est d’une importance capitale dans le maintien d’une bonne posture et dans l’effort. Et pas n’importe quelle respiration. La respiration “par le ventre”. Pour le faire comprendre aux enfants, rien de mieux que la métaphore. Munie d’un ballon gonflable de fortune avec un nombril noir improvisé au feutre, je montre au public la position dudit nombril à l’inspiration, puis à l’expiration.

 

 

 

 

 

 

 

 

Debout, une main sur la poitrine, l’autre sur le Hara, nous entamons notre respiration ventral, qui a pour vertu le recentrage immédiat sur soi, sur son corps, ici et maintenant. Aucune parole, aucun bruit. Chacun est attentif à ce qui se passe sous ses doigts et à l’air qui rentre et qui fait gonfler le ventre, puis qui repart et qui le vide. Cet exercice permet d’éprouver notre présence au monde, notre ancrage et notre stabilité.

Puis nous déverrouillons les articulations, les chevilles, les genoux. Nous procédons d’une légère bascule du bassin vers l’avant, tout en redressant la colonne. Nous abaissons les épaules, puis relâchons les coudes, les poignets. Et nous imaginons que notre tête est suspendue au plafond par le centre de notre épi, là, oui, juste là (point 21 du Vaisseau Gouverneur*, maître des Yang*) par un fil invisible et ténu, telle la marionnette. Et c’est magique, on est tout de suite plus stable et on respire mieux.

3) Gagner en souplesse

Forts de ces 2 éléments, la posture et la respiration, nous entamons les 6 exercices de base de Masunaga. Bien que ce ne soit pas le but premier, les étirements de Do In selon Masunaga ne visent pas l’amélioration de la souplesse, mais l’induisent. Ce sont avant tout des étirements de Méridiens*. L’explication aux enfants du concept de Méridiens est vulgarisée en simples “canaux d’énergie” reliés à 12 “Organes” du corps humain :  le Rein et la Vessie, le Foie et la Vésicule Biliaire, La Rate/Pancréas et l’Estomac, le Coeur et l’Intestin grêle, le Poumon et le Gros Intestin, et pour finir, le Maître Coeur (péricarde) et le Triple Réchauffeur. Ce dernier n’est pas un organe mais une entité regroupant les 3 foyers (supérieur, médian, inférieur) qui ensemble, permettent une harmonisation de la répartition de l’énergie dans le corps (homéostasie).

Les trajets sont montrés pour chaque Organe*/Méridien*. Les enfants sont sensibilisés sur le fait qu’en réalisant telle ou telle figure, on améliore les fonctions de  l’organe associé au Méridien en question. Passé l’effet de surprise, ils se mettent à l’oeuvre, avec amusement pour certains, et beaucoup de sérieux pour d’autres :).

Pratiqués régulièrement et dans le souffle juste, les mouvements s’effectuent d’eux-même, fluides, libres de tout contrôle. C’est une sensation nouvelle pour beaucoup des participants. L’exercice n’est pas aussi simple qu’ils le pensaient au départ. Mais tout le monde arrive finalement au bout des 6 exercices, à son rythme, en fonction de ses possibilités. Quelque soit le niveau de chacun, les enfants sont unanimes : “Ça fait du bien de bouger le corps!”. Certains enfants ont même pu assister à plusieurs sessions,  sur une période d’un mois, et ont ainsi pu mesurer leur progression, pour leur plus grand bonheur 🙂

4) Etre plus calme à l’intérieur

Les exercices précédents ont permis aux enfants de se recentrer, tout en utilisant leur capital énergie à magnifier la relation corps-esprit. L’ensemble du groupe est ainsi arrivé à la fin avec plus d’homogénéité et un esprit plus apaisé. Pour la dernière partie, une petite méditation guidée est proposée, accompagnée d’une saison de Vivaldi. Chacun s’allonge sur le dos, avec un étirement pour bien poser l’ensemble de la colonne et du sacrum en contact avec le sol. Les jambes sont repliées et les pieds à plat, eux aussi avec une maximum de surface en contact avec le sol. Puis une main est posée sur le nombril, et une autre sur le sternum, au milieu des 2 mamelons. Une main qui nourrit, une main qui rassure. La bouche est fermée, les yeux sont clos, la tête est orientée vers le plafond.

Nous nous concentrons sur ce qui se passe sous nos 2 mains, sur le doux va-et-vient de la respiration. Nous observons cet air qui pénètre par nos narines, chargé d’oxygène nourrissant. Notre ventre se gonfle, puis tout notre corps. L’air pur va jusqu’au bout de nos doigts, jusqu’au bout de nos orteils, jusqu’aux pointes de nos cheveux. Tout notre être respire. Nos pensées sont claires, notre corps est vivant. Puis nous expirons, lentement, progressivement, par la bouche. Et nous visualisons cet air qui repart, chargé des déchets de notre organisme, et de nos pensées toxiques. Notre corps et nos pensées sont sereins.

Lorsque la musique se termine, nous invitons chacun à revenir ici et maintenant, à son rythme, dans l’énergie du groupe. C’est un instant magique. Tous les enfants, des plus calmes au plus dispersés sont à l’unisson : ils s’éveillent, avec la même énergie apaisée de celui qui vient de faire un long voyage au pays des songes, bercé par la douceur du soleil levant.

Chacun se lève, puis va rejoindre le groupe. Il est l’heure de déjeuner.

 

CONCLUSION :

Le verdict des enfants et des moniteurs est sans appel : détente, bien-être, paix intérieure, calme, sérénité. A renouveler dès que possible 😉

 

Vous avez aimé l’article? Pensez à LIKER, PARTAGER, et à vous ABONNER au blog pour recevoir les dernières news et votre BONUS ANTI-FATIGUE ! 😉

En attendant, soyez vous, soyez shiatsu, et à très bientôt !

 

*Les nom en majuscule font références aux concepts en énergétique orientale.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.